LA BARAQUETTE : LA PETITE SÈTE DU MARCHE DU LEZ !

Edith et Julien, gérants de La Baraquette au Marché du Lez (Montpellier) ©La Gorge Fraîche

Au Marché du Lez de Montpellier, le restaurant la Baraquette sert une cuisine de marché : une ardoise travaillant uniquement les produits frais et l’arrivage du jour.

A Montpellier, le 23 Novembre 2018

<- Retour au Blog de La Gorge Fraîche

LA BARAQUETTE. La Gorge Fraîche continue son petit tour du Marché du Lez. Après une récente publication sur nos amis de Jean le Croquant côté streetfood, nous nous tournons vers le “quartier” des restaurants.

C’est dans ce coin du Marché, juste à l’entrée devant la 2CV Acadiane, que viennent se blottir les amoureux de La Baraquette.

L’entrée de La Baraquette. L’imposante fresque de la façade est signée par les artistes Koralie et Supakitch.

Aussi mignon que sobre, ce petit bijou de Sud est architecturé sur une ligne essentielle : carte minimale sur ardoise, pas de surgelés, des produits frais livrés la semaine. C’est le sens même de la baraquette, cet habitat typique de l’histoire de Sète.

Nous fournissons nos bières artisanales à Edith et Julien depuis la création de leur restaurant. C’était en automne 2016, durant les travaux de rénovation du bâtiment.

Mathieu se rappelle de la première livraison, au milieu du plâtre, des gravats et des pots de peintures.

Retour sur cette jolie histoire, coup de cœur de La Gorge Fraîche.

Les baraquettes : habitats emblématiques du Mont Saint-Clair

Comme un clin d’œil du sort, ici le chef se nomme Maisonnette (Johan de son prénom).

Bicoque rustique, la baraquette stockait jadis le petit bazar des pêcheurs et des vignerons du Mont Saint-Clair.

Les baraquettes sont des maisonnettes typiques du Mont Saint Clair à Sète (carte postale début 20e)

Ces habitations rudimentaires sont progressivement devenues les petits havres fleuris du dimanche ou de l’été des Sétois. Des coins bucoliques pour faire chichois entre famille ou ouvriers, face à la grande bleue.

Enfant du centre-ville de Sète, Edith est faite de ces souvenirs, des vacances de jadis dans la baraquette de la Mamé.

La Baraquette, maison d’amis : “rien de superflu, mais rien ne manque”

C’est dans cet esprit que l’équipe de six personnes accueille ses convives, élaguant l’artifice au profit d’une cuisine où pourtant rien ne manque.

C’est non sans humour que ce joli couple de restaurateurs s’affiche comme des “ringards modernes”, chevillés corps et âme par le bon sens de l’oustal.

Une cuisine de produits frais [photo: page FB La Baraquette]

Comme une évidence de grand-mère, le restaurant tourne en effet le dos au surgelé, mettant un point d’honneur à ne rien gaspiller,

Ici c’est ardoise et cuisine du marché, on travaille avec les arrivages du jour, avec ce qu’il y a et ce qui reste.

Le samedi, l’équipe propose sa suggestion, selon ses envies ou les produits disponibles.

Zéro Gaspi chez La Baraquette !

Allez jeter des produits frais et vous saurez comment le chef s’appelle ! Fort à parier qu’une mamé a déteint aussi sur lui !

Brandade de morue, crumble chorizo et roquette [photo: page FB La Baraquette]

Le chef a cette culture de valorisation de ce qu’il travaille, transformant tout ce qui lui est possible, optimisant les potentialités de chaque viande, poisson ou légume.

« Si on a encore des carottes en cuisine, on va les transformer en carrot cake pour les desserts. On fait des jus de viande ou de poisson pour les autres plats, on récupère ce qui est bon pour en faire encore du bon » explique Edith.

La bière artisanale La Gorge Fraîche est servie sur la table de La Baraquette

Les intérieurs : salle et véranda

Nous voilà donc en train de savourer un crémeux d’avocat au piment d’Espelette, agréablement installés sous la véranda. Une Gorge Fraîche accompagne l’entrée, que du bonheur.

Bain de lumière dans la véranda [photo: page FB La Baraquette]

La déco maison a été intégralement pensée par Edith, exploitant avec talent la sobriété de la matière brute. L’assemblage harmonieux s’épanouit autour de l’osier, du bois et de l’acier.

Il est intéressant de faire le tour avec les patrons, racontant l’histoire de chaque objet du mobilier ou de la décoration, des vieux meubles glanés chez la Mamé jusqu’au façonnage des tables, à partir de matériaux de récupération.

Une déco sobre et brute, travaillée autour de l’acier, du bois et de l’osier [photo: page FB La Baraquette]

La terrasse

Durant les beaux jours, la terrasse nous transporte directement dans le jardinet d’une baraquette.

La terrasse [photo: page FB La Baraquette]

Un coin paisible sous l’ombrage du grand pin et de l’arbre de Judée, face aux cyprès de l’allée. L’osier se rappelle à nous par quelques canisses.

Ca et là de petits oliviers et autres lauriers, entre lesquels balade gaiement une famille de chats. De quoi passer du bon temps comme sur les pentes du Mont Saint-Clair, alanguis sous les parasols en famille ou entre amis.

Le restaurant a ouvert le 19 Octobre 2016 après cinq mois de travaux. Edith et Julien ont rénové cette vieille maison voisine de l’imprimerie des bâtiments agricoles de jadis.

Des photos de l’époque laissent songeurs face au travail réalisé…

Le bâtiment au moment de son acquisition début 2016

Edith et Julien : les patrons de la Baraquette

Duo de choc [photo: page FB La Baraquette]

Edith, de la pub à l’ardoise

Ancien concepteur-rédacteur, responsable de communication pour de nombreux magasines, Edith a évolué plusieurs années dans le domaine de la publicité.

Avec humour, elle avoue ne pas avoir dérogé à la destinée du publicitaire de métropole, retournant aux sources pour monter sa taverne ou sa fabrique de fromages dans le Larzac.

Tripes sétoises, mordant créatif d’une rédactrice, talent d’une communicante, c’est avec son histoire qu’elle fait chaque jour vivre l’esprit de la baraquette.

Julien : un Paris-Méditerranée sans retour

“[…] dans un sleeping du Paris Méditerranée, Terminus en gare de Sète” chante Brassens dans sa supplique. Julien, lui c’est pour un projet de vie qu’il a pris son billet !

Derrière sa discrétion et sa gentillesse, l’étoffe d’un professionnel de salle éprouvé auprès d’illustres chefs de la gastronomie française.

Après plusieurs années au service de grandes salles, après avoir co-créé la cantine Fikalia à Paris IIe, il quitte Paname pour rejoindre sa belle du Mont Saint-Clair.

Aussi complices que complémentaires, entourés par une équipe méritante, ils façonnent chaque jour que Bacchus fait le gouleyant de La Baraquette.

Brunch du dimanche et cocktail dînatoire pour les fêtes

Dans les petits bonheurs des lieux, le brunch du dimanche est un incontournable du fil d’Ariane de la maison.

Le jeune couple prépare l’arrivée des fêtes de fin d’année. Pour l’occasion, ils ont commencé à élaborer les surprises pour les clients.

Une soirée musicale avec cocktail dînatoire se trame dans les cuisines, les informations officielles seront prochainement dévoilées.

La Baraquette : Perle du Midi !

Dans le foisonnement du Marché du Lez, le joli restaurant affiche la bonne mine sétoise. Une pause épurée et tournée vers l’essentiel : entre convivialité, rigueur du travail et fraîcheur de la cuisine.

C’est autour de leur repas et d’un verre de Gorge Fraîche que les convives auront le plaisir de façonner leur propre Maison d’Amis, autant d’interprétations qu’il y a d’amoureux de la Baraquette.

Merci à Edith, Julien, à toute l’équipe. Avec toute notre reconnaissance.

La Gorge Fraîche

Bière artisanale Sud de France

Publié dans Circuits gastronomiques Les Perles du Midi

SERIGNAN : 1er ÉVÉNEMENT DE LA MAISON VIEL LE 7 DÉCEMBRE !

Valentine, Francine et Jean-Pierre Viel ©La Gorge Fraîche

A Sérignan, le restaurant Maison Viel vient d’ouvrir après avoir passé le flambeau de l’institution La Tour Sarrasine à Poilhes. Notre bière artisanale sera mise à l’honneur pour accorder la soirée choucroute du 7 décembre.

A Sérignan, le 20 Septembre 2018

<- Retour au blog de La Gorge Fraîche

Maison Viel : un nouveau restaurant à Sérignan

Après plusieurs années sur les berges du Canal du Midi, c’est sur les rives sérignanaises de l’Orb que la famille Viel vient de s’installer.

Accompagnés par leur fille Valentine, Jean-Pierre et Francine proposent depuis novembre, leur cuisine traditionnelle française.

Élégante salle à manger à la Maison Viel

Pour faire bonne chère, l’établissement puise de beaux arguments régionaux, tant dans l’ancrage languedocien de Jean-Pierre que dans les héritages bourguignons de Francine.

Dans le sillon de La Table du Marché à Valras et la Tour Sarrasine à Poilhes, la famille poursuit son chemin culinaire à Sérignan, fidèle à son fil d’Ariane : une cuisine semi-gastronomique généreuse et un accueil comme à la maison. « D’où le nom du restaurant » précisait récemment la patronne dans les colonnes du Midi Libre.

La famille Viel, premier client restaurateur de La Gorge Fraîche

Petite anecdote attachante : La Tour Sarrasine est reliée à un temps fort dans l’histoire de notre entreprise ! Situés à quelques dizaines de mètres de notre caveau de vente à Poilhes, Jean-Pierre et Francine Viel ont été les premiers restaurateurs à nous passer commande.

Des encouragements bienvenus dans le charivari des premières prospections dans le réseau café-hôtellerie-restauration. Clients et soutiens de la première heure, nous leur sommes très reconnaissants.

Une bonne choucroute avec de la Gorge Fraîche d’hiver

Le nouveau restaurant a sollicité La Gorge Fraîche pour lancer son premier événement le 7 décembre.

Au menu : choucroute traditionnelle du chef. Bière oblige en ces épicuriennes circonstances, la maison nous a sollicités pour accorder le copieux plaisir d’Alsace, autant que l’apéritif.

Le froid de décembre rabattra les convives sous la chaleureuse chaumière de la Maison Viel, pour déguster notre bière d’hiver en pression et se repaître de jarret, de lard et autres saucisses fumées.

La bière d’hiver sera servie en pression pour la soirée choucroute !

Rendez-vous le 7 décembre à partir de 18 h 30

Attention, il est nécessaire d’effectuer une réservation pour la soirée : 04 48 17 16 60.

La Maison Viel prépare la soirée qui promet d’être conviviale, sur fond de musique et de manges-debout.

Une occasion de faire connaissance avec l’équipe tout en passant un moment aussi savoureux que bon enfant.

La Gorge Fraîche

Bière artisanale Sud de France

Publié dans Actus, restaurateurs, divers, humour, insolite

TUB DE L’ÉTÉ : JEAN LE CROQUANT AU MARCHE DU LEZ DE MONTPELLIER !


Mathieu Debilliers (La Gorge Fraîche), Jean Dreulle et Lucas Lipmann (Jean le Croquant) ©La Gorge Fraîche

Remportant un vif succès cet été, la streetfood du Marché du Lez de Montpellier affiche aujourd’hui le sourire de la réussite. Jean le Croquant y propose des croque-monsieur artisanaux.

A Montpellier, le 13 Novembre 2018

<- Retour au blog La Gorge Fraîche

Le Marché du Lez à Montpellier: réservoir de culture urbaine et d’économie créative

Jadis, quelques industries et exploitations agricoles longeaient la longue avenue Raymond Dugrand. Depuis deux ans, elles ont fait place à un vaste espace commercial d’un nouveau genre, créé aux dimensions d’un petit village.

Situé sur les berges du Lez près du bassin Jacques Cœur et de Port Marianne, le Marché du Lez a parié sur l’avenir en développant un véritable pôle économique tourné vers la culture urbaine et l’art de vivre contemporain.

Entrée du Marché du Lez à Montpellier [image: page FB Marché du Lez]

En deux ans, ce lieu inédit est devenu incontournable dans la vie sociale et le rayonnement de Montpellier.

Vivier de starts-up, de brocanteurs, de restaurateurs, d’entrepreneurs créatifs, le Marché du Lez est une vitrine pour nombre d’architectes, designers et artistes. Actuellement en construction, les Halles Gourmandes viendront compléter l’offre en ouvrant prochainement des restaurants et boutiques de haut-standing.

La maison Pernoise du Lez, un concept store au Marché du Lez [image: Page FB Marché du Lez]

A travers nos clients brigadiers du Lez, nous consacrerons notre blog à cette incroyable initiative. C’est aujourd’hui vers le streetfood market que se tourne notre regard.

Le streetfood market du Marché du Lez

Acquis pour certains, découvertes pour d’autres, ce concept gagne les métropoles du monde entier. Nous avons à ce propos récemment communiqué sur l’ouverture à Béziers du streetfood market La Cour des Miracles.

Ouverte mi-juin 2018, l’aire streetfood du Marché du Lez est une immersion dans un environnement simple et charmant, métissant l’élégance de l’ancien à la convivialité urbaine.

Imposant bus londonien à impériale, Citroën HY « Tub », Estafette, caravanes Airstream, les camtars et les arbres ceinturent la zone dans une alléchante embrassade.

Le streetfood market du Marché du Lez [image: page FB Streetfood du Marché du Lez]

La parenthèse s’ouvre pour le moment de grâce. Il fait bon vivre ici, au milieu de la bonne humeur, des vieux Tub et des demoiselles.

Tout sourire sur les longues tables, le public se délasse dans le giron convivial du market, sifflant le temps heureux de sa pause midi ou de sa soirée.

De ses fumets affriolants, un terrible vent de streetfood souffle sur l’aire, répandant une tentation à corrompre les plus fervents ascètes : tacos mexicains, cuisine asiatique, burgers, frites maisons, bar à vin, glaces artisanales… La viande crépite dans les woks ou dore dans les friteuses, capturant le fébrile chaland dans un délicieux traquenard.

C’est dans ce sanctuaire de streetfood que parque le vieux Citroën de Jean le Croquant.

Le Tub de Jean le Croquant [image: page FB Streetfood du Marché du Lez]

La référence à Jacquou le Croquant ne vous a pas échappé !

Tel le héros périgourdin faisant front au comte de Nansac, Jean Dreulle et Lucas Lipmann tirent à boulets rouges sur la fringale depuis  leur Tub armé jusqu’aux dents.

Un char d’assaut perçant la dalle et la gorge sèche à coups de croques et de Gorge Fraîche.

Jacquou le Croquant, ici représenté par l’illustrateur Stéphane Laumonier (DOLMEN EDITIONS 2012]

A 27 ans, la belle aventure sourit aux lèvres du jeune gérant et de son employé. Une histoire surprenante que nous avons le plaisir aujourd’hui de vous raconter.

Jean le Croquant: croque-monsieur au Marché du Lez

Lucas à la cuisson, Jean aux commandes [image: page FB Marché du Lez]

Jean, on le connait depuis le début de l’année. La rencontre a été provoquée par notre petit poulet Jules Gardair, brillant stagiaire commercial que nous avons reçu l’an dernier.

Nous lui fournissons depuis notre gamme classique. Un partenariat croque-mousse qui a séduit les habitués.

Vous avez dit des croque-monsieur ?

Si la revisite de ce plat se démocratise, l’expérience du croque-monsieur s’affiche peut-être encore pour certains dans le chapitre maison grand-mère : ce pain gratiné et fourré de jambon qui fait toujours plaisir.

Ce plat typiquement français serait né dans le Paris du début XXe, au boulevard des Capucins. Dans l’ « Histoire des mots de la cuisine française » (1947), René Girard en attribue l’origine, en 1901, à un bistrot nommé Le Bel Age, chez le tenancier Lunarca.

Un curieux lui demanda alors de quoi était fourrées les deux tranches de pain. La réponse taquine du patron resta gravée dans le pain de mie : « De la viande de monsieur, évidemment ! ».

Le croque-monsieur artisanal se démocratise dans les villes

Croque-Monsieur / Gorge-Fraîche [image: page FB Streetfood du Marché du Lez]

Le concept du croque est aujourd’hui largement démocratisé. C’est à Bordeaux que Jean a fait la découverte. A cette époque, il travaille pour une grande marque sportive.

Flairant le filon, il construit un projet pour développer une activité croque sur Montpellier et la propose à l’appel d’offre du Streetfood market.

Bingo, le concept est retenu.

Depuis l’ouverture mi-juin, on se délecte des six recettes du Croquant. Avec Lucas, ils travaillent actuellement sur de nouvelles recettes qui suivront les saisons.

Surprise pour les clients, le chef montpelliérain Clément Vergeat (1/4 de finale TOP CHEF 2018) doit bientôt venir pour élaborer une recette signature ! Plus de précisions dans les jours à venir sur la page Facebook du Croquant !

Jean Dreulle : le Croquant

Jean Dreulle, gérant de Jean le Croquant [image: page FB Marché du Lez]

Enfant de Montpellier, Jean a enchaîné les saisons au glacier Catalan (Grau du Roi) chez son oncle Jean-Guy.

Ces dernières années, il a suivi un parcours dans le commerce sportif. Un monde qui ne lui plaît pas vraiment, la vocation ne s’est égarée que de quelques lettres qui font toute la différence…

De commercial à commerçant

Jean raconte les chemins qui l’ont mené au Tub.

J’ai été technico-commercial pour ASICS avant de passer commercial chez New Balance. Je kiffais pas le monde du sport. En fait, c’était pas commercial que j’avais vraiment envie d’être : je voulais être commerçant.

J’ai pris connaissance de l’appel d’offre par ma cousine qui gère Hyoga by Catalan (le foodtruck glacier du market ndlr). J’avais vu le concept du croque à Bordeaux : un quand je suis arrivé, cinq quand je suis reparti. Ma proposition a décroché l’aval d’Alex Teissier. Je suis allé voir ma boîte le lendemain pour leur dire que je partais.”

Une histoire de copains

Comme chez La Gorge Fraîche, l’histoire du Croquant est aussi une histoire de copains. Jean sollicite d’abord l’aide de son ami Arnaud Manolino, professionnel de restauration.

Durant trois mois, ils étudient des dizaines de recettes et les proposent aux amis.

« On a fait goûter plus de 200 tests de recettes à mes potes, ils n’en pouvaient plus ! Les recettes que l’on a sélectionnées pour la carte sont toutes appréciées par la clientèle, pas une laissée de côté. Le croque qui cartonne vraiment c’est le « Mr Seguin ».

Une fois désossé, le Citroën Tub a été mis à disposition par le Marché du Lez. A ce moment, les aménagements s’avèrent très complexes, surtout ceux de la hotte et de la friteuse dans la cabine de pilotage.

Citroën HY en préparation avant le lancement du streetfood market [image : page FB Marché du Lez]

« Arnaud m’a aidé à élaborer les recettes, il m’a aidé sur l’optimisation de l’espace et du matériel dans le camion. Arnaud a vraiment été essentiel dans la création de l’affaire».

Les copains, ce sont aussi tous les foodtrucks du Marché : la Cantine du Mékong, Au Vin Diu, El Cactus, Hyoga by Catalan, Mother Trucker, Les Vedettes…. Ensemble ils ont su créer cette atmosphère unique.

Le soir de l’ouverture

Jean et Lucas aiment se remémorer la soirée d’ouverture. Le récit est savoureux.

Ca commence en fin d’après midi, avec la catastrophe annoncée : Le Croquant n’est pas prêt.

«  Arnaud arrive à 17h et je lui dis « je le sens pas ». Il me dit « si, on ouvre ! ». On appelle les copains pour le coup de main, on s’y met à fond. On fonce chez les fournisseurs, à 19h on s’est mis aux cuisines. Les gens commencent à arriver ! Ils patientent jusqu’à 20h30 où l’on donne le top départ.

C’était le premier service de ma vie en tant que gérant et là… une queue de malade devant mon camion ! Jules était venu donner un coup de main, il n’arrêtait pas de faire des allers-retours entre la camionnette Gorge Fraîche et le frigo. On s’est fait démonter tout l’été ! ».

Lucas Lipmann alias “La Machine”

Lucas Lipmann, cuisinier de Jean le Croquant [image: page FB Jean le Croquant]

A 21 ans, le sympathique cuistot niçois doit son surnom à son efficacité durant le service.

Casquette retournée, Capitaine Lucas tient la barre dans la houle du rush, imperturbable comme un vieux loup de mer.

Il s’active devant les presses à croques, bichonnant la mie et les frites comme sa douce moitié.

Initialement venu donner un coup de main pour l’ouverture, il a finalement poursuivi l’aventure comme employé.

« J’étais à Nice et j’avais déjà pas mal d’expérience en service en salle quand je suis arrivé à Montpellier en février. Jean m’a appelé pour un petit contrat en juillet, il voulait que je roule plus longtemps avec lui mais j’avais une proposition d’un boulot de responsable bien payé. Mais quand j’ai vu l’affluence… En août, il me dit « tu restes ? », je lui dis OK. En septembre : « tu restes » ? « Ok ». Il a fini par me proposer un CDI et j’ai signé. »

La Gorge Fraîche, partenaire du Croquant

Le classique ! [image: page FB Marché du Lez]

Lorsque la commande est prête, Jean hèle votre prénom depuis le Tub, parfois au renfort d’un porte-voix quand l’ambiance est bien chauffée. Il vous tend la barquette fumante et la quille de Gorge Fraîche, vous rejoignez la cantonade sur les grandes tables.

Associées aux croque-monsieur, nos bières artisanales ont conquis de nombreux clients de Jean, nous en sommes très heureux.

 « Je ne pensais pas qu’avec mon offre je pourrais vendre beaucoup de bières. Mais je voulais un truc sympa et quitte à boire une bière, je voulais qu’ils boivent un produit artisanal. Je ne comptais pas gagner de l’argent sur l’alcool, la démarche était plutôt d’ajouter une touche côté look. Et là, le premier week-end est arrivé. J’ai vu de suite que vos bières plaisaient alors j’ai joué la carte à fond ».

Jean le Croquant, perle du Midi !

Sous la barbe du Croquant, un sourire attachant conte la belle aventure entrepreneuriale. Un concept chevillé aux autres foodtrucks pour créer ce tout de la streetfood du Marché du Lez.

Une délicieuse arène nichée entre le Lez et la Tramontane, solidement parée contre les affres de gorge sèche.

Merci Jean, merci Lucas !

La Gorge Fraîche

Bière artisanale Sud de France

 

Publié dans Circuits gastronomiques Les Perles du Midi

MINI VA VOUS COOPER LA MOUSTACHE LUNDI !

La Gorge Fraîche, partenaire du Start Movember organisé sur les concessions Mini de Béziers, Narbonne et Carcassonne ©La Gorge Fraîche

En partenariat avec la concession Mini et de nombreuses entreprises héraultaises et audoises, La Gorge Fraîche participera lundi au Start Movember organisé sur Béziers, Narbonne et Carcassonne. Journée festive gratuite et ouvert à tous

A Béziers, le 2 Novembre 2018

<- Retour au blog de La Gorge Fraîche

Plutôt dans le chapitre barbe de trois jours, on n’est pas trop moustaches chez les poilus des Piliers du Sud. Encore moins Mathieu, porteur de son épaisse barbe !

C’est pourtant jour de moustache aujourd’hui. La raison ? Notre participation au mouvement mondial Movember, dans le cadre des opérations organisées par les concessions automobiles MINI de Béziers, Narbonne et Carcassonne.

L’initiative a été lancée l’an dernier par Dorian Guirao, le directeur de Passion Automobile (ZAC Montimaran). Elle rassemble un partenariat d’une dizaine d’entreprises héraultaises et audoises.

L’équipe de Passion Automobile [page FB Mini Béziers Narbonne Carcassonne]

Des mécaniciens jusqu’à la direction, toutes les équipes se mettent à la moustache en novembre.

Une grande journée festive se tiendra lundi dans les trois concessions de l’Hérault et de l’Aude.

Bières artisanales sur les concessions héraultaises et audoises

La Gorge Fraîche fournira la bière artisanale de l’événement sur Béziers.

Du côté audois, ce sont les excellentes bières des Têtes Plates Artisans Brasseurs (Narbonne) et brasserie La Citadine (Carcassonne) qui sont mobilisées.

Foodtrucks, fromages et fruits de mer

On attend par ailleurs le foodtruck Vince’s Truck, les fruits de mer de Chez François, les produits de la fromagerie Bousquet sur Carcassonne…

Vous l’avez bien compris, tchuque et tchape ne manqueront pas !

Vincent et François sont prêts pour le Movember [image: page FB Vinces Truck]

Des barbiers pour tous les Mo Bro’s

Tous les participants pourront se faire couper la moustache chez les barbiers sollicités par les organisateurs : Géo’s Barbershoc venue de Sète, John & Zita pour Narbonne, Le Garçon Coiffeur-Barbier pour Carcassonne.

Venue de Sète, la team de Géo’s Barber Shop taillera les moustaches biterroises [photo: Page FB Geo’s Barber Shop]

Movember, c’est quoi ?

Aujourd’hui mondialement reconnue, l’ONG Movember milite en faveur de la santé masculine (cancers de la prostate et des testicules). Le ralliement : une moustache pour attirer l’attention. Un prétexte de belle bacchantes pour faire parler du mouvement et récolter des dons.

Chaque année, le Movember est suivi par des milliers de Mo Bro’s, anonymes comme illustres.

Lors des opérations lancées par Mini, les participants pourront faire un don libre à l’association. La plate-forme internet est déjà disponible pour faire un don en ligne.

Moustaches chez La Gorge Fraîche

Au niveau de notre petit caveau, la démarche fait beaucoup parler les bavard(e)s.

Quelle farce de voir surgir les bougies de La Gorge Fraîche, fraîchement moustachues.

Du grain à moudre pour les moqueurs, quand l’un prend un air de sicaire mexicain patibulaire, tandis que l’autre retrouve la bonne mine d’un jouvenceau de La Trinité.

La tête de la tramontane est mise à prix par ce sicaire mexicain

L’an dernier le mouvement a fait grand bruit à Poilhes !

Le superbe Mini Country-Man prêté pour l’occasion par Mini avait fait des jaloux, suscitant une mémorable bagarre entre Aimé et Noël.

Le Brigadier Libéré avait couvert l’affaire de la rue de la Porte d’Ensérune ©La Gorge Fraîche

START MOVEMBER : LUNDI 5 NOVEMBRE A PARTIR DE 11h

Le démarrage de l’opération aura lieu lundi matin sur les trois concessions. La journée est gratuite et ouverte à tous.

De nombreuses animations (petits et grands) seront à disposition des participants, présentation des véhicules Mini, présence également des belles boutiques Et Si (Agde) et Chaussures Galy à Carcassonne,

Le collectif de ces entreprises vous attendent donc pour cette belle initiative en faveur de la santé masculine, dans la joie et la bonne humeur.

Merci à Dorian Guirao, Brice Marquan, Delphine Belmonte et toutes les équipes.

La Gorge Fraîche

Bière artisanale Sud de France

Publié dans Actus, restaurateurs, divers, humour, insolite

BEZIERS : GRAND RETOUR DU BAR A HUITRES DE BERNARD BARBA !

Bernard Barba (fils) et Ludo prêts pour le retour du bar à huîtres mensuel ©LA GORGE FRAÎCHE

A Béziers, la poissonnerie-brasserie Barba proposera dès le 2 novembre un bar à huîtres tous les premiers vendredi du mois. L’occasion de faire découvrir les accords mets-bière maritimes préparés avec La Gorge Fraîche. Première soirée ce vendredi 2 novembre.

A Béziers, le 30 Octobre 2018

<-Retour au blog La Gorge Fraîche

Barba: poissonnerie et brasserie de Béziers

La salle à manger de la brasserie Barba [photo: site web Poissonnerie Barba]

Passé les grands étals de la poissonnerie Barba, nous voilà accoudés au comptoir de la brasserie avec Bernard Barba.

Nous avons passé un petit moment à préparer les découvertes pour le grand retour du bar à huîtres. 

Bar à huîtres de Bernard Barba les 1er du mois

Pour comprendre l’épicurien rituel, il faut remonter six ans en arrière en décembre 2012.

Bernard propose alors pour les fêtes de fin d’année une petite dégustation à la poissonnerie.

« Je voulais amener un peu d’animation pour les festivités de fin d’année. On a fait l’évènement et on proposait cette dégustation aussi aux clients de la poissonnerie, pendant qu’ils attendaient qu’on leur prépare leur commande. Ca a eu beaucoup de succès ! Depuis on a réédité chaque fin d’année l’animation, avec toujours cette remarque des gens : « mais pourquoi vous ne faîtes pas ça toute l’année ? », c’est comme ça que je me suis décidé à l’instaurer tous les premiers vendredis du mois ».

La Gorge Fraîche rafraîchit la table de la brasserie Barba

La pause marine a lieu sur la terrasse. Généralement les gens y viennent accompagnés de leur famille et de leurs amis.

« Le principe c’est de passer un bon moment, tranquille, dans quelque chose de familial. Une ambiance de copains et de bons-vivants, on mange des huîtres et des tapas et on passe un bon moment. Rien de tel pour lancer un bon week-end ! »

Le bar à huîtres a lieu sur la terrasse de la brasserie [image : page FB poissonnerie brasserie Barba]

1er bar à huîtres ce vendredi ! Huître régionales, tapas et la grande nouveauté

C’est ce vendredi 2 novembre que le coup d’envoi est lancé ! Une grande variété d’huîtres sera proposée, une découverte marine balayant de son zef iodé les côtes françaises, de la Bouzigues spéciale à la Tarbouriech, passant par Leucate, remontant vers la Normandie et la Bretagne.

Huîtres sur l’étal de la poissonnerie Barba [image : page FB poissonnerie brasserie Barba]

La maison proposera son incontournable carte de tapas, comme les couteaux à la plancha, la seiche fraîche ou encore les crevettes fraîches de Sète à l’ail. Ces assortiments évolueront à mesure de l’année.

L’accord met-bière “maritime”

Mais la grande nouveauté c’est la surprise de Bernard : un accord mets-bière maritime, mariant l’huître et la bière.

Le jeune poissonnier a sollicité La Gorge Fraîche pour réfléchir à l’association idéale. Après quelques essais sur le joli comptoir de la brasserie nous avons, brusquement et à l’unanimité, arrêté notre choix sur une perle !

Pour la première soirée, Bernard surprendra les convives en proposant un accord met-bière exceptionnel.

L’huître de Marenne fine claire verte et La Gorge Fraîche blanche

Il a pour cela longuement réfléchi et sélectionné une huître très spécifique : la Marenne fine claire verte.

Ce produit haut de gamme est fourni par la Maison Roumegous avec qui il travaille depuis 1997.

Passionnant professeur, Bernard nous explique cette production, détaillant avec son couteau l’anatomie de l’huître qu’il a en main.

« La fine de claire verte, de mi-octobre à mi-avril. La technique : ils la passent dans des claires où une micro-algue bleue est présente. L’huître la filtre et c’est ce qui fait que les branchies se colorent en vert. Ça amène un côté plus iodé. C’est un produit haut de gamme, exceptionnel, dont la maison Roumegous maîtrise la technique depuis de longues années»

Les explications du Pr Bernard !

La maison Roumégous, ostréiculteurs depuis 1891

Ostréiculteurs depuis sept générations, cette petite exploitation de Bourcefranc-le-Chapus (Charentes-Maritimes) produit la fine fleur du bassin de Marennes-Oléron et fournit la poissonnerie Barba depuis plus de vingt ans.

« La maison Roumegous ça fait plus de vingt ans que l’on travaille avec eux. On a commencé en 1997. Adrien Roumégous est de la 7e génération, il a repris l’exploitation avec son frère. Son père et son frère s’occupent de l’élevage tandis qu’Adrien et sa tante de la commercialisation.”

Marenne / Gorge Fraîche blanche : l’accord parfait

Après des essais de dégustation, l’accord de la Marenne fine claire verte avec notre bière blanche nous a soudainement conquis. Unanimité générale.

C’est dans une agréable écume houblonnée que l’iode puissante de la Marenne se lie à la saveur de notre blanche, avec ses notes d’agrumes, de coriandre et de gingembre confit.

Bernard proposera une formule dégustation pour faire découvrir cette association remarquable.

Essais et séance de dégustation: à la recherche de l’accord parfait

Présence exclusive d’Adrien Roumegous

Adrien Roumegous sera présent à la soirée, les personnes pourront découvrir avec lui l’histoire et les spécificités de cette maison familiale.

Lancement du bar à Huîtres Bernard Barba vendredi 2 novembre

Le rituel commencera ce vendredi, sur la terrasse de chez Barba. La soirée est ouverte à tous et commencera vers 19h.

Il n’y a plus qu’à ouvrir les huîtres et les bouteilles de Gorge Fraîche pour découvrir les subtilités de l’accord huître-bière. Une jolie perle à découvrir entre familles et amis.

Merci à Bernard et toute la famille Barba !

La Gorge Fraîche

Bière artisanale Sud de France

Publié dans Actus, restaurateurs, divers, humour, insolite


Mentions légales    Nous contacter