Bodéga Mecanico Loco : on lâche les fous !

 

Béziers, 9 Août 2017

Depuis 15 ans, le Mecanico Loco est une bodega incontournable bien connue des festejaïres de la féria de Béziers. Années 1980’s, visites des mayorals, tapas, bar à huîtres, karaoké. Impasse Braille dans la cour de la Pena Oliva, du 11 au 15 Août.

 

Mecanico loco : “le mécanicien fou”

Si rien n’affirme que l’impasse Braille est peuplée de malvoyants, on se souviendra de ses fous de la féria ! Et c’est peu dire que… ça va brailler !

L’équipe enfile chaque année son entonnoir pour cinq jours de folle fête. A sa tête, le plus fou d’entre eux : Bernard Martinez, mécanicien de métier (qui ne roule pas des mécaniques), rameur et footballeur de haute-voltige.

Accompagné de ses lieutenants Laurent Hans et Bruno Sémadet, il prépare l’embuscade pour ses fidèles festejaïres. Autant dire que ça s’active sur le parvis du Mecanico.

Bernard le mécano va pouvoir siphonner autre chose que du gasoil: notre biéroduc est connecté à la bodega et déversera un geyser de Gorge Fraîche blonde.

Nom de code: UN PICHET, PICHE !

Bernard c’est un sportif, on le sait. Mais ce qu’il pratique à son plus haut niveau, c’est la blague. L’œil vif et rieur, le tribun harangue de sa gouaille quiconque croise son chemin.

L’artilleur de la vanne a déjà sorti la grosse Bertha pour canarder ses compères, ça rigole bien dans la cour du Mecanico !

Mecanico Loco : 15 ans de folie

L’histoire commence avec trois bonshommes du crû : un ostréiculteur fou, un maçon fou, un mécano fou. Une fédération de talents qui donnait à priori à se triturer quelques méninges, mais l’inspiration a fait le reste : une bodega… de fous, bien entendu !

Bernard a ensuite repris l’affaire avec le maître-fromager biterrois Max Santa, une aventure qui s’est poursuivie jusqu’à l’an dernier. Fidèles de l’entente sportive Boujan-Servian, Laurent Hans et Bruno Sémadet rejoignent cette année le tribun.

Un mécanicien fou, un électricien fou, un comptable fou. Les trois  mousquetaires partent à l’assaut des festejaïres !

On ne change pas la recette ! Le Mecanico Loco a ses bases : un esprit famille, une ambiance « années 1980’s ». La rigolade et la bonne humeur s’occupent de la sauce. Clap de fin : La Marseillaise. « C’est notre rituel, ça veut dire « cassez-vous, on est crevés !» », rie Bernard.

La bodega peut compter sur le soutien de ses amis rameurs pour faire voguer la grande galère du Mecanico dans les eaux troubles de l’impasse Braille ! Elle remercie également tous les sponsors rendant possible le lâcher de fous !

Tapas, huîtres et charcuteries

Ici on sert à manger tous les soirs. Sur les planchas, Jean-Marie Gallois, professeur à l’école hôtelière de Béziers: « Le mecanico c’est bar-tapas, bar à huîtres. On sert les magrets de canards, les cœurs de volailles, les calamars et les planches de charcuterie ».

La sangria blanche de Bernard

Chaque bodega a son gibolin. Le Mecanico Loco se targue de la sangria blanche faite par le papa en personne, avec les fruits cueillis avec amour dans SON jardin. « Le problème, c’est que Bernard la goûte toutes les heures » rectifie Bruno, amusant  la galerie. Et de rajouter : « elle reste blanche la sangria, mais lui il est noir ! ».

La Pena Oliva

La bodega se tient dans des locaux de la Pena Oliva, le club taurin phare à Béziers dirigé par Emilio et Abel Oliva,  de Chiclana de la Frontera (ville jumelée avec Béziers). Avec la venue des mayorals de la féria de Béziers, le Mecanico Loco est le lieu incontournable de la féria.

La mécanique du Loco est bien rodée, carburée par La Gorge Fraîche et la sangria du papa.

Les trois mousquetaires sont fin prêts à accueillir les convives, scandant déjà le cri de ralliement.

Un Pichet, Piche !

La Gorge Fraîche

Bière artisanale Sud de France

_ Autres articles:

 

Publié dans Actus, restaurateurs, divers, humour, insolite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*



Mentions légales    Nous contacter